> Vous êtes ici : Les Festivals > Festival International de Musiques Militaires

Festival International de Musiques Militaires Saumur

Info FIMM

SAUMUR - 17e Festival international des Musiques militaires de Saumur - 30 juin, 1er et 2 juillet 2017.

N'hésitez pas à nous faire part de vos commentaires

Questionnaire destiné à toutes les spectatrices et tous les spectateurs du Festival

(même celles et ceux qui n'ont pas assisté à l'un des grands shows)

Ce questionnaire vous est proposé à l'occasion du Festival 2017. Vous pouvez la télécharger, l'imprimer, le compléter et nous le renvoyer soit par courrier à l'adresse postale du Comité des fêtes de Saumur, soit par mail :

comitedesfetes-saumur@orange.fr 

Votre opinion nous sera très utile pour faire en sorte que ce Festival des Musiques militaires soit toujours au plus près de vos attentes.

D'avance, merci pour votre aimable collaboration.

Le Comité des fêtes de Saumur 

Commentaire sur le festival 2017 (5 juillet 2017)

I want to congratulate you and your organisation (I told this already to mr Mazé) for the phantastic festival, this year, in Saumur. It is really unique in Europe to create such an event with military bands from all over the world. I hope that the festival will be still going on for many, many years. Kind regards and succes with the preparations for 2019, 

Frans van der Walle

International Vice-Président Honorary member IMMS

Je tiens à vous féliciter et à votre organisation (Je l'ai déjà dit à M. Mazé) pour le festival fantastique, cette année, à Saumur. Il est vraiment unique en Europe de créer un tel événement avec des groupes militaires du monde entier. J'espère que le festival continuera pendant de nombreuses années. Cordialement et succès avec les préparatifs pour 2019, 

Frans van der Walle

Le Festival de Saumur

Aux origines

En 1984/1985, Le comité permanent des fêtes de Saumur décide de faire alterner le défilé fleuri avec un festival de musiques militaires.

Saumur et tradition militaire

Dans le cadre de son École de Cavalerie, Saumur était fière de sa fanfare de Trompettes. Elle a participé à tous les Carrousels des 19e et 20e siècles, les défilés fleuris et de nombreuses autres manifestations saumuroises dont les premiers festivals de musiques militaires.
Cette fanfare était essentiellement composée d’appelés du contingent. Son dernier chef, Eric Conrad, la portera à son apogée lorsque qu’elle sera nommée “Fanfare principale de l’Arme Blindée Cavalerie”. Sa participation au défilé du 14 Juillet à Paris, l'édition de nombreux CD la feront connaître au-delà des frontières.
La restructuration de l’armée dans les années 2000, la fin de la conscription, le manque d'intérêt pour les instruments d'ordonnance seront parmi les causes de sa regrettable dissolution.

Vidéo 1996 - Bannière au Vent (sur You tube)

Le "souffle" est donné

Le premier festival international de musiques militaires de Saumur eut lieu les 22 et 23 juin 1985. Il pleuvait abondamment et les spectateurs n’étaient pas protégés dans les tribunes place du Chardonnet, face à l'École de Cavalerie. Mais la dynamique était telle que les musiques parvinrent à se produire avec succès.

Dès les années 90, Saumur devient une ville réputée pour son Festival de Musiques militaires.

Réalisé tous les deux ans par le comité permanent des fêtes de la ville de Saumur et ses membres bénévoles, avec l'aide et la confiance des collectivités locales et régionales, l'appui et les encouragements des partenaires locaux, le festival international de musiques militaires de Saumur réunit six à dix nations de tous les continents, représentées par de prestigieuses formations.

Valeurs humanistes et culturelles

Chaque pays exprime sa culture musicale, présente ses uniformes, et dans des œuvres d’ensemble sans frontières, participe à d’exaltantes prestations. Concerts, parades, shows, sont autant de moments où les musiciens deviennent les ambassadeurs de leurs pays, porteurs de valeurs artistiques, humanistes et de paix, devant des milliers de spectateurs.

Depuis de nombreuses années, le festival de Musiques militaires de Saumur a le privilège de pouvoir réaliser ses grands spectacles à l'intérieur du grand manège de l'École nationale d'Équitation de l'IFCE, où se présente habituellement le Cadre Noir de Saumur.

Les différentes phases du festival

  • Vendredi après-midi : Lever des Couleurs.
  • Concert d'ouverture gratuit place de la République à Saumur.
  • Samedi après-midi : Animations dans différents quartiers de Saumur.
  • Samedi en soirée : Réception à la mairie des délégations et personnalités.
  • Dimanche matin : Grande parade dans le centre de Saumur et présentation des musiques.
  • Samedi soir et dimanche après-midi : Deux grands spectacles d'une durée de 3 heures mis en scène dans le cadre du grand manège de l'ENE - spectacles payants.
  • Dimanche soir : Un grand concert gratuit non-stop place de la République à Saumur.
  • Lundi soir : Concerts gratuits dans des communes du Grand Saumur.

Musique et Musiques militaires

De l'Antiquité au XVIIe siècle.

Dès l'Antiquité, cuivres et percussions participent aux triomphes des chefs militaires et aux "jeux" du cirque, avec des sonorités martiales.  

À l'époque médiévale, les percussions se doivent d'impressionner l'adversaire. Les cuivres rythment la vie civile, et pas seulement celle des soldats. Parallèlement aux airs de vènerie au son du cor, les "sonneries" ponctuent les temps forts de la vie quotidienne : réveil, déjeuner, accueil de quelque grand prince ou seigneur, couvre-feu. De courte durée et répétitives, elles s'inspirent souvent d'airs populaires.

 

Aux XVIIe et XVIIIe siècles

En France, au XVIIe siècle, Lulli fait interpréter des "marches" militaires (2/4 ou 6/8) par des trompettes (cuivres), haubois (bois) et timbales (Grands Carrousels).Mais il n'existe pas encore de corps de musique militaire constitués. Il faut attendre la fin du XVIIIe siècle pour voir défiler les premières musiques militaires, avec des instruments de musique dont certains ne sont plus en usage, tels que les "clarines", "serpents" et "ophicléides". 

 

À la fin du XIXe siècle

De nombreux instruments ont fait de réels progrès : Par exemple la clarinette, grâce à Heinrich Bärmann et aux systèmes Albert et Böhm, entre autres. Adolphe Saxe invente le saxophone (bois) et met au point le saxhorn (cuivre). À la fin du XIXe siècle, les orchestres d'harmonie à vent se multiplient. Les orchestres civils sont souvent associés à des clubs sportifs en plein développement, un vivier pour les orchestres militaires, par l'intermédiare du service militaire. Ils sont majoritairement composés de musiciens amateurs, enseignés dans les écoles de musique, créées dans le cadre de l'éducation populaire des jeunes générations.

 

Orchestres symphoniques et orchestres à vent

Si l'orchestre symphonique classique est composé ordinairement d'instruments à cordes et à vent, les harmonies-fanfares, militaires et civiles, se caractérisent par l'utilisation quasi-exclusive d'instruments à vent (bois et cuivres) auxquels s'ajoute toute la gamme des percussions. 

Dans un orchestre d'harmonie (à vent), les clarinettes et les saxophones tiennent la place habituellement réservée aux pupitres des violons, altos, violoncelles.

 

Les instruments à vent

Les instruments à vent ont l'avantage d'être un peu moins fragiles que les instruments à cordes; ils sont plus sonores et surtout plus faciles à utiliser dans les défilés.

Dans la série des cuivres, deux possibilités s'offrent aux formations musicales :

  • Soit les instruments utilisant des pistons et des clés : trompettes d'harmonie, cors d'harmonie, cornets à pistons, bugles, saxophones (à la fois bois et cuivres), soubassophones ; le trombone à coulisse s'apparente aux instruments équipés de pistons. Dans ce cas, le répertoire est vaste. Il peut s'agir de transcriptions de musiques symphoniques dont les originaux ont été conçus pour instrument à cordes et à vent. Il peut s'agir aussi d'adaptations : musiques de films, variétés, créations spécifiques. Le jazz convient particulièrement à ce type de formation (brassband).
  • Soit des instruments naturels, c'est-à-dire sans pistons (dits autrefois instruments d'ordonnance) : trompettes de cavalerie, clairons, cors de chasse. Dans ce cas, les formations jouant sur ces instruments ont un répertoire spécifique (œuvres anciennes, adaptations (quand c'est possible), créations contemporaines. En effet, ces instruments ne peuvent jouer qu'une partie des notes chromatiques de la gamme à partir d'une note fondamentale, d'autres notes harmoniques étant obtenues par la position des lèvres et l'intensité du souffle.

Il ne faut donc pas attendre d'une trompette de cavalerie qu'elle vous interprète la Marseillaise. En revanche, ces instruments, simples de conception, ont un rendu sonore plus clair, plus percutant et plus puissant, d'où leur utilisation militaire.

Le champ des  "sonneries" s'est élargi. Elles prennent leur forme définitive au XIXe siècle et demeurent en usage, compréhensibles de tous et à distance. : du lever au coucher des troupes, charge, cessez-le feu, sonnerie aux morts, retraite... / Clairon dans l'infanterie, trompette dans la cavalerie, leur registre étant différent. 

 

Formations musicales à vent pour défilés militaires

La France a connu et connaît encore deux types principaux de musiques militaires et civiles, destinées à défiler : les formations composées de cuivres et plus particulièrement d'instruments "naturels" (exemple : la fanfare de Cavalerie de la Garde républicaine) ; les harmonies-fanfares, mixtes : batterie-fanfare (clique) + orchestre d'harmonie, ou orchestre d'harmonie seul.

  • La clique conduite à l'avant par le tambour-major : percussions (tambours, grosse-caisse, timbales), clairons, trompettes naturelles.
  • L'orchestre d'harmonie conduite par le chef de musique, c'est-à-dire l'orchestre à vent (cuivres d'harmonie et bois) et ses propres percussions. L'ensemble a longtemps constitué une spécificité française, idéal pour interpréter la Marche Lorraine (Louis Ganne), la Marche de la 2e DB (Maurice Le Roux), par exemple.

De nombreuses œuvres contemporaines sont ou ont été composées afin de combiner instruments naturels et orchestre d'harmonie. (Jacques Devogel est l'un de ces compositeurs).

 

Au XXIe siècle

Depuis le remaniement des musiques militaires qui a suivi la fa fin de la conscription, et en conséquence la réduction de leur nombre et de leurs effectifs, le concept de "Musique" militaire est attribué à des formations de l'Armée de Terre composées de musiciens professionnels ayant également choisi la fonction militaire. "Fanfares" désigne des formations harmoniques d'instruments à vent, indistinctement des formations utilisant uniquement des cuivres (naturels ou harmoniques), dans lesquelles des militaires sont aussi des musiciens.

Lettre d'information

!!